Syndrome de Florence

Le syndrome de Florence ou syndrome de Stendhal s’apparente aux troubles du voyageur.  Chaque année, des touristes perdent pied, submergés d’émotions par la beauté et la puissance évocatrice des chefs d’œuvre du berceau de la Renaissance.

Fichier:Birth of Venus Botticelli.jpg

La Naissance de Vénus (Botticelli 1485)

« J’étais arrivé à ce point d’émotion où se rencontrent les sensations célestes données par les Beaux Arts et les sentiments passionnés, (…) j’avais un battement de cœur, la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte de tomber. » Stendhal 1817

Les symptômes sont nombreux : confusion mentale, vertiges, suffocation, tachycardie, hallucinations, perte du sentiment d’identité et du sens de l’orientation, violentes douleurs à la poitrine, évanouissements, amnésie…

Ces phénomènes inquiétants  sont la manifestation d’un déséquilibre profond du Chenn (l’esprit dans le sens de la conscience). D’après la médecine traditionnelle chinoise, le Chenn  loge dans le cœur et non pas dans le cerveau. Il gère aussi bien la cohérence de l’activité organique que  celle du mental. (voir l’article : Ces organes qui influencent nos émotions).

Le soin shiatsu ne consistera pas à traiter directement l’élément feu en excès, mais plutôt à tonifier l’élément eau en vide énergétique ainsi que « sa mère » l’élément métal. Alors bien nourrit, l’eau pourra contenir le feu et pacifier le Chenn.

« Mon syndrome ne s’appelle pas Florence,
il n’en est pas moins la plus transcendante des renaissances ».
Fabrice R.

Ce contenu a été publié dans information. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *